Fil d'Ariane > Communes > St Fargeau-Ponthierry > Naissance des cloches
ou bien  Fermer la fenêtre  

Naissance des cloches -1782 - Un accouchement difficile
extrait du registre paroissial  pages 340 et 341

Dans l'adjudication avait été ordonné la fonte de la seconde cloche qui étoit cassée, le prix 430 ll , l'entrepreneur la fait fondre pour 200 ll.
 
Par le mauvais état et et ruine totalle du basfroit, on a été obligé de descendre les cloches, alors on a trouvé nouveaux accidens; Les boucles de fert du dedans touttes usées, les moutons ruinés, les ferremens de touttes parts affaiblis par la rouille et vétusté.  
 
Les cloches d'ailleur fort discordantes. Le fondeur de la seconde assuroit ne pouvoir faire trop accorder, par la trop grande distance de la première à la seconde, et en rapprochant la seconde, elle s'éloigneroit trop de la troisième. Il proposa de refondre les trois._
 
Le curé représanta l'indigence de la paroisse et la pauvreté de la sacristie. Le fondeur s'est engagé de refondre le tout, de donner la même grosseur du fer, et tout l'armonie, et de trouver du métail plusque suffisant pour se payer, par ce  que les cloches étoient trop épaisse et trop hautes. Engagement fait par devit des fondeurs et habitans.
 
Deux cloches ont manqué sur les trois. L'ouvrier a recommencé, une a encore manqué sur deux. Il y auroit eu de quoy payer plus que le prix convenu mais la fonte de la troisième en avoit diminué quelque chose. Les fondeurs ont proposé d'en fondre une quatrième pour se dédomager. Les habitans, curieux de son, y ont consenti et demandé. Le curé, nouvellement arrivé, et cherchant à plaire à l'habitant, les a secondé en offrant d'y contribuer pour bonne partie (150 ll) et davance quelques choses qui lui seroit remis partie à partie sur les épargnes de l'Eglise. Acte fait et approuvé par l'Archidiacre, métail acheté, offre d'un chacun assez mal payé, la quatrième cloche a été faite, prix du total onze cent quarante livres........1140 ll
 
Il en coutte seulement à l'Eglise six cent cinquante livres, le surplus ayant été payé du métail et des offres du curé et habitans comme on verra par les mémoires renfermés en l'Eglise si on les conserve. Les cloches ainsi fondues ont formé un son plus juste et plus armonieux.
Il faut remarquer que la première cloche n'a rien perdu de la grosseur du son, la seconde rapproche la troisième paroist le prix des dépences avancées parce que la quatrième paroist le même son qu'elle avoist auparavant en troisième.
 
Les batans, ferremens ont été fait aux dépens de l'Eglise et en sus du prix cy dessus ont couté deux cent cinquante six livres quinze sols cy....................                                          256 LL 15 S   
Prix des moutons, chapiteaux et charpantre cent trente livres aux dépens de l'Eglise......  130 ll    
 
Lors de la bénédiction des cloches, le Seigneur, Mr le marquis de Lugeac, a refusé de les nommer et n'a rien contribué. Le Seigneur de Jonville n'a pas cru pouvoir accepter puisque le Seigneur de Saint Fargeau refusait. Autres personnes priées ont rejettés puisque les seigneurs n'acceptaient point. Elles ont été bénites sans cérémonies par le curé. Cette cérémonie est marquée dans le registre de l'année 177  avec le nom des cloches gravé sur les cloches avec le nom du curé et des marguilliers pour parein et mareine. Est écrit qui veult le scavoir, cherche dans les registres. Le curé sembloit sentir ce qui est arrivé.


Fil d'Ariane > Communes > St Fargeau-Ponthierry > Cloches en révolution

 ou bien  Fermer la fenêtre