Fil d'Ariane > Communes > St Fargeau-Ponthierry > Petite Histoire

Introduction

Origines

Francs et
carolingiens

Moyen-âge

Temps
de renaissance

Au temps
des rois

Le blé et
la vigne

Le fleuve
et la route

Révolution
et Empire

XIX°siècle

XX° siècle

 

 

 450

 

 

 

 

 

 

 

 

500

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

600

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

700


750


800

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

850

 

 

 

 

900

Au temps des royaumes Francs

Statue de Ste Geneviève (XVI° siècle), église de MoulignonDevant l'affaiblissement du pouvoir romain, l'Eglise devient la seule institution capable de maintenir un semblant d'organisation. Les préfectures romaines deviennent diocèses. Sens est le siège d'un immense évêché s'étendant de la Bourgogne à l'Ile de France. Le christianisme commence à gagnerBâton de la confrérie de Ste Geneviève de l'église de Moulignon les campagnes sous l'impulsion de grands évêques comme St Germain d'Auxerre (qui a donné son nom à St Germain sur Ecole.). A Paris, sa disciple la plus célèbre, Ste Geneviève, incarne la résistance aux envahisseurs, Huns d'Attila et Francs de Childéric.
C'est ainsi,qu'un beau jour, on vit défiler sur la Seine un convoi d'une douzaine de bateaux lourdement chargés, se dirigeant vers Lutèce. A leur tête, une silhouette féminine : Geneviève était allée en Champagne pour ravitailler Paris que les Francs cherchaient à réduire en l'affamant. Son souvenir est resté présent à Moulignon : pendant longtemps, une confrérie féminine lui fut dédiée et une source porte encore son nom.

"Villa franque" - Histoire de France, Ernest Lavisse, 1913.
 En 486, la victoire de Soissons ouvre la route de la Seine et de la Loire aux guerriers de Clovis. Paris devient peu à peu la résidence préférée des rois francs. Mais ils se déplacent souvent, avec armes et bagages, entre leurs riches domaines (les villas) comme celui d'Essonnes.


Quelques précieuses mais trop rares trouvailles, comme cette boucle de ceinture, nous permettentBoucle mérovingienne (musée de Fontainebleau) d'imaginer la richesse de ces arts trop longtemps dits "barbares" devenus aujourd'hui arts premiers! . Détail du Sacramentaire du Pape Gélase, enluminé dans la région de Meaux au VIII° siècle. Mais on ignore tout de la vie dans les campagnes qui semblent s'appauvrir et se vider. La forêt est partout présente : forêt "lointaine" aux mille dangers, vagabonds et bêtes sauvages, mais refuge aux temps de troubles; forêt "proche", réserve de bois, lieu de pacage des porcs, de chasse et de cueillette; forêt des mythes et légendes d'où surgit le bestiaire fantastique semé au fil des manuscrits par les enlumineurs.

Grégoire de Tours (538-594) Histoire des Francs, cité par Augustin Thierry, Récits des temps mérovingiens, Paris, 1840.La mort de Clovis inaugure deux siècles et demi de guerres et de dévastations. Ses descendants se taillent à main armée de larges parts d'héritage. Notre région est rattachée au "royaume de Paris". Les chroniques du temps nous décrivent " la dévastation qui s'étendit sur les campagnes au sud de cette ville". Melun, qui contrôle la traversée et la navigation sur la Seine,est l'enjeu de nombreuses batailles. En 582, une armée part de Paris pour l'assiéger : "par la voie romaine du sud-est, longeant la rive gauche de la Seine. Elle marche sans ordre, sans aucune discipline,s'écartant à droite et à gauche pour piller, enlevant meubles des maisons, bétail et chevaux et des hommes, qui, liés deux par deux, comme prisonniers de guerre, suivent la longue file des chariots de bagages... les guerriers francs, ennuyés d'un siège prolongé, devinrent de plus en plus indociles, négligèrent le service qui leur était commandé et ne s'occupèrent avec ardeur qu'à battre la campagne pour amasser du butin."

Ponthierry ou Pont Thierry ?

De ces temps lointains et obscurs nous reste peut-être un nom sur les cartes. Une tradition locale, aussi légendaire que tenace et qu'aucun document n'est venu jusqu'à présent confirmer, situe au passage de la rivière Ecole un combat livré par un des nombreux rois "Thierry" de la dynastie mérovingienne. Le vieux pont sur l'Ecole, le "Pont-Thierry", aurait-il gardé mémoire de cet hypothétique affrontement?
Se met alors en place "
un scénario qui se prolongera bien des siècles: une ville ne tombe rapidement que par trahison ou par ruse, il faut donc affamer, démoraliser ses habitants, donc désoler le plat pays environnant par incendies, destruction des récoltes, arrachage de vignes, enlèvement de bétail, etc., sans parler de la prise de captifs, voués alors à l'esclavage."(Fourquin, le premier moyen âge, dans l'Histoire de la France rurale, dirigée par G.Duby.). A chaque siège de Melun et plus tard de Corbeil, villes-clefs du ravitaillement de Paris, "ce plat-pays qui est le nôtre" connaîtra les mêmes épreuves.

La "Renaissance" carolingienne

Avec l'arrivée au pouvoir de la famille de Charlemagne, le pouvoir central se renforce, les grands domaines royaux ou religieux se développent. En 802, Charlemagne envoie des inspecteurs, les fameux "missi dominici" visiter ceux d'Essonne et de Melun. Leurs instructions commencent à nous parler des paysans qui y travaillent .

Sacramentaire du Pape Gélase, régions de Meaux, VIII° siècle.

Et ceux-ci prennnent visage lorsqu'un copiste facétieux se laisse aller, à croquer, dans une marge, les pittoresques trognes de ses sympathiques voisins, les animaux de la ferme ou les travaux des champs.

Sacramentaire du Pape Gélase, région de Meaux, VIII° siècle

Sacramentaire du Pape Gélase, région de Meaux, VIII° siècle

A la même époque, Irminon, abbé de St Germain des Prés, fait établir un inventaire extrèmement détaillé des possessions de la riche abbaye parisienne. L'unité de base est la manse (ou feu), terre "tenue" par une famille d'hommes libres ou de serfs. A Morsang sur Seine, au Coudray, le document nous donne le nom du chef de famille et la composition de celle-ci. Suit un inventaire détaillée des terres, du bétail, de la basse-cour, de l'outillage, mais aussi des redevances et des corvées dues au propriétaire. A côté des "grains", blé, orge, seigle, la vigne est déjà partout présente.

Les invasions normandes

 Le partage de l'empire de Charlemagne et les rivalités entre ses héritiers vont laisser libre champ à de nouvelles ambitions. A Melun ( et un plus tard à Corbeil), le pouvoir royal est délégué à des "comtes". Leur charge devient vite héréditaire et ils renforcent leur autonomie. Et c'est en ordre dispersé que le royaume de "France occidentale" va subir l'assaut des envahisseurs Normands. En 845, ils remontent la Seine jusqu'à Melun qui est incendiée. Les raids se succèdent : en 862, 866, 885, 887,après avoir échoué. devant Paris, 888 en revenant de piller la Bourgogne. Leur dernier passage est signalé en 909 "Pour peindre en raccourci les massacres et les dévastations que les Normands commettent dans les proches abords des villes qu'ils assiègent, un clerc du IX° siècle écrit : Le vigneron et les cultivateurs subissent tous, ainsi que les vignes et la terre, la domination cruelle de la mort." ( Abbon, cité par R.DION, Histoire de la vigne et du vin en France.) 

Introduction

Origines

Francs et
carolingiens

Moyen-âge

Temps
de renaissance

Au temps
des rois

Le blé et
la vigne

Le fleuve
et la route

Révolution
et Empire

XIX°siècle

XX° siècle

Fil d'Ariane > Communes > St Fargeau-Ponthierry > Petite Histoire