A LA VEILLE DE LA REVOLUTION / L'HIVER - 1788 - 1789

Depuis dix ans, la situation économique de la commune s’est détériorée : fermiers et vignerons ont vu leur profit diminuer de moitié. Pour comble de malheurs, le 13 juillet 1788, un orage de grêle d’une violence inouïe a ravagé les cultures, comme dans toute l’Ile de France. S’en suit un terrible hiver : deux mois à –15°, la Seine prise de novembre à janvier. A St Fargeau, la vigne résiste mais les châtaigniers, dont on fait les échalas, sont détruits par le froid. Fleuve gelé, routes verglacées : le trafic des voyageurs et le charroi des marchandises est réduit à néant . Et comme, depuis 1786, Louis XVI et Marie-Antoinette ne viennent plus passer l’automne à Fontainebleau pour y chasser, les relais de poste et les hôtelleries qui font vivre Ponthierry n’ont guère vu de clients pendant six mois.

 Fermer la fenêtre