Fil d'Ariane > Communes > St Fargeau-Ponthierry > Petite Histoire>Renaissance

Introduction

Origines

Francs et
carolingiens

Moyen-âge

Temps
de renaissance

Au temps
des rois

Le blé et
la vigne

Le fleuve
et la route

Révolution
et Empire

XIX°siècle

XX° siècle

 

 Un siècle de reconstruction 1450-1560   

Très vite, les terres abandonnées du plateau sont réensemencées et la vigne refleurit sur les coteaux. On remet de l'ordre dans les titres de propriété : les archives nous ont conservé déclarations de biens, contrats ou jugements qui dessinent le paysage de l'époque.

" A Boillunel (
1511 - la ferme de Boulineau appartenant à l'Abbaye des Vaux de Cernay) il y a maison, chappelle, granges, estables, court et jardins, le tout clos de murs... et avec ce, 265 arpents ou environ de terres labourables, prezs, bois, taillis et buissons." A Tilly, en 1485, les Chartreux de Vauvert possèdent "hostel seigneurial contenant maison manable, granche, estables, bergeries, court, puys et autres aisances..".

A coté de ces grandes propriétés, les hameaux abritent une centaine de "logis où il y a four et cheminée, cave dessous, grenier au dessus et jardin derrière", et déjà des horsains comme ce Jean Prugneau, marchand et bourgeois de Paris," qui signe, le 17 août 1497, un accord avec les Chartreux de Tilly pour 3 arpents de vignes. A Ponthierry, il y a déjà commerce et auberges fort animées si l'on en croit la lettre de Louis XII, graciant en Juillet 1498, "Pierre Pitou, habitant St Fargeau, près Corbeil, pour meurtre commis sur la personne d'un certain Pierre Besse à la suite d'une querelle qui s'était élevée à propos d'un pari fait à l'auberge". !

Miniature de Jean Fouquet vers 1470.Des chantiers s'ouvrent car il faut réparer les dégâts des guerres ou du temps; la vieille église de St Fargeau est d'abord remise en état. Puis, au début du XVI° siècle, devant l'augmentation de la population, il faut l'agrandir en lui rajoutant un bas-côté sur le flanc nord. La circulation et le commerce reprennent sur les routes et le fleuve.."Camion" manuscrit fin XV°.
A Tilly, les Chartreux ont
"un port sur la rivière de Seine...appelé le port aux pourceaulx, auquel nefs et autres vaisseaux sont chargés et déchargés".

La grand route de Paris vers Lyon et le midi avait longtemps évité la forêt de Fontainebleau,François 1er. Histoire de France. Désiré Blanchet. 1894. "repaire de fauves et de brigands." D'Essonne, la route de la "vieille poste" obliquait, par Auxonnettes, vers Milly et le Bourbonnais. et celle "de Bourgogne" rejoignait, par Melun, la Table du Roi et Valvins.
Mais, depuis François 1er, les séjours de la Cour à Fontainebleau et la mode du "Voyage en Italie" redonnent vie au vieux pont sur l'Ecole. En 1553, le
"Guide des chemins de France" premier guide routier français, indique "sur la route de FontaineBelleau: Essonne, Ponthierry, Chailly"

Un temps d'épreuves 1560-1598

Les guerres de Religion vont frapper durement la région . En 1562, les huguenots de Condé, en marche vers Paris, assiègent Corbeil. "Le gros de l'armée se logea aux villages circonvoisins: sçavoir, l'avant-garde à Essonne, la bataille (corps de bataille) à St Histoire de France. Désiré Blanchet.1894.Fargeau, l'arrière-garde à Ballancourt; et pour dire en un mot, il n'y eut village ni hameau sur le Gastinois qui ne fut empli de gens d'armes.
                              
(carte ).
Le séjour de ces deux armées, l'une (
huguenote) en Gastinois, l'autre(catholique) en Brie fut cause que tout le territoire de la Chastellenie de Corbeil (dont dépendait St Fargeau) fut destruit et désolé, encore plus du côtédu Gastinois ou il ne demeura aucun arbre fruitier debout ni maison avec la couverture...Corbeil et son territoire demeura vuide de tous biens qui avoient été consommés par une si grande multitude de soldats, dont il y en eut plusieurs atteints de peste". (Jean.de La Barre, Les Antiquitez de la Ville, Comté et Chastellenie de Corbeil. 1647).
 
S'ensuivent trente dures années de désordres.Médaille commémorative de l'éphémère paix de St Germain (1570) trouvée dans un jardin de St Fargeau. Coll.Bonnefis. En 1590, les troupes (catholiques) d'Alexandre Farnèse, prennent Corbeil pour dégager Paris assiégée par Henri IV. Le même historien raconte le pillage de la région :
"Le Prince de Parme et les Espagnols enlevèrent tous les bestiaux, vins et grains de la Brie, de Gastinois et de la Beausse; ils fourroient tout dedans leurs grands chariots et les portaient vendre à Paris bien chèrement et le plat pays demeura vide et nettoyé comme au ballet (balai).Il n'y resta aucuns vivres ni commoditez.

La guerre s'éloigne ensuite mais il faut attendre l'avènement d'Henri IV et la signature de l'Edit de Nantes pour que la paix s'installe.

Nouveaux nobles, nouveaux seigneurs

Pierre tombale. Eglise de Moulignon.Pierre tombale. Eglise de Moulignon.A Moulignon, la vieille famille des Vaudetar a réussi à se maintenir. Sur un mur de la vieille église, les visages d'Adam Thiboust (†1595) et sa femme Odette de Vaudetar, Dame de Moulignon (†1603), ont survécu à l'usure du temps.
Mais les guerres pour la défense du catholicisme coûtent très cher aux rois de France. Pour les financer l'Eglise est obligée, à plusieurs reprises, de vendre (avec l'autorisation du Pape) une grande partie de ses terres.

En 1585, l'Abbé de la Charité sur Loire vend les droits et dîmes que l'abbaye possède encore à St Fargeau au baron de Jonville, Michel de
Castelnau-Mauvissière, que ses brillants services de soldat et de diplomate n'ont pourtant guère enrichi. D'autres ont mieux su profiter des misères du temps ! Ce sont des familles bourgeoises de commerçants, magistrats ou officiers royaux, aux fortunes récentes, qui vont pouvoir acquérir  terres et titres de noblesse..

En 1597, la "Grange" de Boulineau, qui appartient à l'abbaye des Vaux de Cernay depuis cinq siècles, passe à la famille de Villeroy. En 1600, les terres (en ruines, précise le contrat de vente) et la Seigneurie de St Fargeau sont cédées, pour 2100 livres, à Dame Gabrielle Huillier, par le Chapitre de Notre Dame de Paris. A Tilly, les Chartreux ont laissé place à la famille Gron: Madeleine, Dame de Tilly et Maison Rouge transmettra le titre à son fils Nicolas Le Jay.

Pour les vignerons et laboureurs du pays, le changement n'a pas dû être très sensible. Tous ces "maîtres" successifs sont maintenus loin de leurs terres par leurs affaires ou le service du Roy .
 

Introduction

Origines

Francs et
carolingiens

Moyen-âge

Temps
de renaissance

Au temps
des rois

Le blé et
la vigne

Le fleuve
et la route

Révolution
et Empire

XIX°siècle

XX° siècle

Fil d'Ariane > Communes > St Fargeau-Ponthierry > Petite Histoire>Renaissance