Fil d'Ariane > Région >Tabac

   J'ai du bon tabac dans ma tabatière....J'en ai du fin et du bien râpé.....

C'est Jean Nicot, ambassadeur de France au Portugal de 1559 à 1561 (mort curé de Brie-Comte-Robert ) qui ramena en France les premiers plants de tabac, appelé alors "pétun". Cette herbe, censée guérir  de tous les maux, connut un grand succès à la Cour, en particulier auprès de Catherine de Médicis (1).
Elle fut d'abord fumée dans une pipe (pétunée) mais, au XVIII° siècle, il devint à la mode de priser. "Le chevalier, le  courtisan, le roi - tout comme la dame de compagnie ou la reine - ouvraient leurs tabatières incrustées de pierres précieuses et saisissaient une pincée du bout des doigts (ou avec une petite cuillère)...Mais peu à peu, le tabac à priser pénétra aussi dans les couches populaires et, à la fin, la servante et la lavandière comme le plus pauvre paysan portaient dans leur blouse une "fiole à priser" et ils bourraient de tabac non plus leur pipe, mais leur nez".(2)

Cette habitude s'étendait même en des lieux où il était difficile de la tolérer comme en témoigne cet extrait du registre de la Prévôté de Perthes en Gâtinais de 1722 . (Archives départementales de Seine et Marne - 2 BP 4447)
  © Jean ROBERT


...Le procureur fiscal de cette prévôté de Perthes (présent en personne) nous a dit et remontré qu'il a eu avis que plusieurs personnes habitants du dit lieu s'ingéraient de râper du tabac à l'église les jours de dimanches et fêtes et autres jours pendant la célébration de la messe et pendant les vêpres...(.le procureur demande) qu'il soit très expressément défendu de râper à l'église et ce pour obvier au scandale que causent les râpeurs qui, non contents de râper, communiquent leur tabac à plusieurs personnes, en donnant aux uns et aux autres, ce qui donne lieu à un grand scandale et distraction...

Comme il est très important d'apporter promptement du remède pour la gloire et le culte de Dieu, nous requiert à ces causes le dit procureur fiscal  de faire défense à toutes personnes habitants du dit Perthes et autres de râper du tabac dans l'église du dit lieu de Perthes et de le communiquer à aucune personne.....à peine de cent sols d'amende contre chacun des contrevenants...applicables aux pauvres du lieu; notre présent jugement à publier et afficher à la porte de l'église de Perthes à l'issue des grands messes de paroisse par le sergent de cette prévôté.

1. BAUDRY (Jean), Jean Nicot, à l'origine du tabac en France, La Manufacture, Lyon, 1988.
2. JOACHIM (A.Frank), Le livre du fumeur de pipe, Laffont , Paris, 1969.

 Fil d'Ariane > Région >Tabac